BILAN DE L'ANNÉE 2013

Une première année lumineuse pour l’Illuminé !

 

Certains d’entre nous pratiquent l’art et la création en dilettante, quand l’envie et l’inspiration sont réunies. D’autres en ont fait une passion mais pas encore une profession. Car trouver sa place dans le domaine de l’art n’a jamais été chose aisée. Pourtant il en est de plus audacieux comme l’autodidacte Gregory Byczyk. Pendant plusieurs années il crée toutes sortes d’ovnis artistiques : masques à base de selles de scooter, sculptures en métal, peintures tribales et bien sûr des lampes. Il décide donc un peu comme une évidence de quitter son job à la fin de l’année 2012 pour prendre le pari de démarrer une activité à plein temps d’artiste indépendant.

La première moitié de 2013 fut une période de mise en place, de rodage, un tour de chauffe. L’envie de créer est bien là et son inspiration du moment le pousse vers des créations lumineuses, des lampes pour la déco intérieure. Mais il a fallu tout d'abord collecter de la matière première. Et l'Illuminé, comme il se surnomme lui-même, savait ce qu'il voulait travailler : le métal.

Il en a fait sa matière de prédilection. L'aluminium est son préféré, mais tout est bon à prendre dans l'art du recyclage: fonte, acier, inox, laiton, chrome... Ses amis ferrailleurs parisiens sont pour lui une source quasi intarissable d'objets en tous genres qui n'attendent plus que de passer entre les mains expertes de l'artiste recycleur pour accéder à une seconde vie. Il choisit ses pièces, assemble, polit, décape, boulonne.

Puis vient le moment de l’électrification. Et, magie de la lumière, ses créations deviennent créatures lumineuses. Ses premières œuvres furent de petite dimension. Mais rapidement la tentation de créer des modèles plus imposants a poussé sa créativité vers des modèles comme "The Big", puis vers la sculpture.

Guidé par les matériaux dont il dispose, par leur forme, leur couleur, il développe un style pop art, naviguant entre un design retro/vintage et un style plus figuratif.

Au début de l'été, une vingtaine de lampes sont déjà prêtes. Le succès est immédiat auprès de son entourage. Mais il faut aller plus loin, sortir de l'atelier, sortir du cercle privé. Une phase de communication s’enclenche, mais sans grand enthousiasme pour l'artiste peu coutumier du web 2.0. Grâce à la complicité de quelques amis, il met en place un site internet et ouvre sa toute première page Facebook.

Il poursuit son travail de création, ponctué de séances photos qui sont à la fois un moment de prise de recul sur ses créations et de mise en valeur de son travail. Ses œuvres sont désormais enfin prêtes à être révélées au grand public.

Leur diffusion sur les réseaux sociaux va rapidement lui permettre de prendre contact avec des exposants, notamment sur Paris, Nantes et Bordeaux. Avec ces premières expositions viennent le moment des premières ventes, une forme de reconnaissance pour l’artiste.

Gregory termine ainsi l’année 2013 avec plus de 40 créations dont 38 lampes décoratives et 8 sculptures. Une douzaine de ses créations ont déjà été vendues.

2014 s’annonce riche en nouvelles rencontres humaines, plusieurs expositions et festivals d’art sont au programme. Et les envies créatives ne manquent pas, sculptures, peintures, des pièces de grandes dimensions… Bref l’Illuminé n’a pas fini de nous surprendre.

 

©Olivier NOEL

31/01/2014

Écrire commentaire

Commentaires : 0